14/12/2011

Plan Communal de Développement Rural & Mobilité Douce: la convergence...

PCDR fiche 1.1 carte IGN.jpg

La Commune d'Yvoir a lancé, fin 2009, une opération de Développement Rural (plus d'informations sur le concept en visitant la partie du site communal consacrée à ce sujet: cliquer ici).  Des projets liés au développement au sens le plus large de la commune ont été proposés par des habitants des 9 villages de l'entité.  Ces projets ont été analysés, structurés et mis en forme par la Commission Locale de Développement Rural (CLDR), elle-même composée à 75% de représentants de la population et de 25% de représentants du Conseil Communal.  Les projets ainsi identifiés et documentés ont été classés ensuite par ordre de priorité, sur base d'un vote secret de tous les membres effectifs de la CLDR. Les projets prioritisés constituent la proposition de Plan Communal de Développement Rural de la Commune d'YVoir.  Ce Plan, après approbation et amendements éventuels par le Conseil Communal, sera proposé à la Région Wallonne qui, en cas d'accord, s'engage à subsidier partiellement, sur une période déterminée (généralement entre 5 à 10 ans), les projets proposés.

Le groupe Sentiers a été très heureux de constater que le premier projet retenu par la CLDR d'Yvoir visait à l'établissement d'un réseau de déplacements actifs in tra- et inter-villages au sein de l'entité.

Ce projet vise prioritairement les déplacements actifs au quotidien.  Nous l'appellerons dans ce qui suit "le projet déplacements actifs" ou encore "projet DA".  Il implique bien sûr l'aménagement de tracés qui soient praticables par tout type de temps, en toute saison et tant par les piétons que par les vélos.  Il est évident que nos voies vertes (sentiers et chemins forestiers ou de campagne) ne répondent que très imparfaitement à ce type de contraintes.  Il était néanmoins intéressant d'intégrer dans l'étude du projet DA les résultats de l'inventaire des sentiers et chemins vicinaux de l'entité réalisé par des bénévoles avec l'aide de Sentiers.be.  Il s'agit ici du projet "Mobilité Douce" dont il a déjà été question dans ce blog (voir les autres artciles de la catégorie Mobilité Douce au quotidien).  Dans certains cas en effet, l'aménagement d'une voie verte (revêtement adapté aux vélos de ville, par exemple) peut s'avérer plus intéressant que l'aménagement d'une piste cyclable et d'un trottoir le long d'une route de grande communication.

L'enrichissement mutuel des deux projets (DA et Mobilité Douce) est maintenant sur le point de se réaliser.  Très concrètement, le 11 janvier 2011 à 20H, l'ASBL Sentiers.be présentera aux membre intéressés de la CLDR, au Collège et au service des Travaux de la Commune, les résultats de l'inventaire des voies douces (résultats intermédiaires du projet "mobilité douce").  Des propositions seront alors formulées tant en terme de définition des pôles ou noeuds de l'entité (les endroits où l'on trouve des transports en commun, des services tels que les écoles, les commerces, etc.) ainsi qu'une première ébauche de réseau reliant ces noeuds entre eux, en mobilité douce.  Les pôles ou noeuds doivent bien sûr être identiques dans les deux projets.

Pour ce qui est du réseau et de son tracé, les choses sont sans doute un peu plus compliquées... Les réalisations concrètes se dérouleront selon deux axes différents:

  1. le réseau qui sera finalement choisi dans le cadre "Mobilité Douce" sera basé sur les voies vertes inventarisées.  Il ne donnera lieu qu'à des aménagements relativements légers (nettoyage, balisage, consolidation de tronçons endommagés, etc.) réalisés à court terme (un à deux ans)
  2. le réseau à établir dans le cadre du projet DA (dans le PCDR) utilisera les informations collectées dans le cadre Mobilité Douce.  Ce réseau fera l'objet d'une étude spécifique confiée à un bureau d'études spécialisé en mobilité.  Dans certains cas, les tronçons proposés par "Mobilité Douce" pourront faire l'objet d'aménagements plus lourds de façon à les rendre compatibles avec les contraintes "tout temps + vélos + piétons".  Dans d'autres cas, les solutions proposées par Mobilité Douce ne seront pas satisfaisantes et des solutions plus classiques (pistes cyclables + trottoirs) devront être envisagées.  Ce réseau sera essentiellement financé dans le cadre du PCDR, sera plus sélectif et sa réalisation sera plus étalée dans le temps (choix des tronçons prioritaires en fonction de l'utilisation, de la dangerosité, etc.)

La première phase du projet DA telle qu'elle a été retenue par la CLDR illustre bien cette rencontre entre les deux approches: utilisation d'un ancien chemin vicinal déjà correctement réhabilité pour partie et pistes cyclables pour une autre partie.

22:36 Écrit par Patrick Evrard dans Mobilité Douce au quotidien | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire